Container à quai. Dédouanement ok. Emménagement demain (donc divorce après-demain).

J'ai refait les valises hier soir, afin de libérer l'appartement-actuel-temporaire ce matin à 7h30, comme demandé. A nouveau, on remballe, on déballe (appelle moi camelot). Hier soir, j'ai eu le sentiment (en préparant en plus, une valise pour une nuit d'hôtel, parce que ça aurait été trop simple de pouvoir emménager directement) d'avoir vieilli prématurément. Et ce matin, mon miroir a confirmé la chose (appelle moi Alice Sapritch).

Alors, installé dans le nouvel appartement vide, depuis mon bureau de fortune, j'ai fait le compte :

Un déménagement, tu prends en moyenne environ 1 an dans la vue.

Un déménagement italien, tu rajoutes 6 mois dans la face  (le fax a encore de beaux jours devant lui en Italie et le suivi de courrier s'appelle Poppie (que j'embrasse avec gratitude)).

Un déménagement bi-destinations, une partie en France, l'autre en Asie (à moins que ça ne soit l'inverse - surprise demain), tu perds tes cheveux (ça pourrait pas être des poils ?) et tu prends 3 rides. (à noter qu'à ce stade, t'avais déjà perdu pas mal de ton panache capillaire et déjà pris les sillons d'un 33 tours, à l'annonce de la destination). 

SuperHéros déjà en déplacements asiatiques nombreux et variés, tu prends trop de cafés pour te maintenir à peine éveillée la journée ( l'absence ou le manque du bien-aimé ne rend pas insomniaque, contrairement à l'absence du garde-fou, qui rend série-phage-nocturne).

Tu prends cher à ta fête de départ.

Dans l'avion, tu (re)prends des médocs (et de l'alcool) pour oublier que tu ne contrôles rien.

Tu attéris, tu vois Taipei et tu prends l'envie de te barrer (il est à déplorer que je sois mauvaise cavalière parce que c'est l'année du cheval en Asie, j'aurais pu fuir en amazone).

Tu attends ton container, tu reperds tes cheveux ( et je me demande si pour compenser, tu prends pas des poils), tu te prends de pleine face la Toussaint (pour l'humeur) Mardi gras (pour le chocolat, ton meilleur ami avec internet) et le 8 mai (pour la capitulation sans condition).

Tu es à la veille de retrouver tes affaires, et tu prends peur que tout soit moisi (déjà que t'es plus très fraîche toi même...)

Tu prends fatigue à l'avance de défaire ce que tu as fait : les cartons (appelle moi Sisyphe) (chacun son rocher - moi je préfèrerais Suchard). Euristhée, il aurait pu rajouter dans la liste des travaux d' Hercule, vie de (vide ?) femme d'expatriée ( le féminin de SuperHéros est femme d'expatrié dans mon mythe à moi ). Conduire les boeufs de Géryon, c'est pipi de buddha à côté.

Demain, je vais tester l'emménagement à la taiwanaise, il y a des chances que je me prenne encore en une semaine, un an dans le faciès. En plus de l'année déjà gagnée grâce au calendrier lunaire chinois...

Définitivement, demain,  je compte mon âge en année chevalDemain j'aurai quatorze ans.

IMG_6146

alice-sapritch