Ce matin, superhéros est reparti. Pour la Corée. Moi, je suis restée. Pour la Corvée.

Une lettre d'écart, le V de sa valise toujours à deux temps (q'il fait et défait), et celui de ma valse toujours à trois temps (tant pis / tant mieux / tant va la truffe à l'eau qu'à la fin elle se casse). 

 

Entre sa valise et ma valse, une lettre d'écart, le i de nos idiosyncrasies (miam miam le joli mot). 

 

J'ai lu récemment que dans la littérature des superH, "le souci de ne pas laisser le super-héros monologuer pour expliquer ce qu'il fait, conduit souvent à lui ajouter un jeune aide (faire-valoir ou sidekick en anglais)".

Mon côté sidekick du moment, c'est la réception des techniciens dans notre appartement. Open bar ! Qui avec un marteau, qui avec un escabeau, qui avec un marteau sur un escabeau. mais tous se déchaussent ! C'est une tradition asiatique de laisser ses chaussures à la porte. Raison hygiénique j'imagine, de respect sans aucun doute mais aussi d'origine bouddhiste (je dis peut-être une grosse ânerie) avec la notion intérieur/sacré, extérieur/cracra ? En tous les cas, je suis assez touchée de les voir évoluer dans l'appartement en chaussettes, telles des danseuses sur le parquet.

bref, je vous laisse admirer les photos du jour (si quelqu'un comprend les explications des travaux réalisés, anti ploc-ploc, qu'il aie la gentillesse de m'éclairer. Verdict ce soir, quel suspense et quelle tuyauterie au-dessus de ma tête tout de même)

   

   Capture d’écran 2014-04-07 à 22

 

 

 

shoes1  shoes2  shoes3  shoes4

 

 

                   escabeau